Julien nous a récemment rejoint pour renforcer l'équipe de talent acquisition.

Découvrez son portrait !

 

Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

 

Je suis Julien, je viens d’avoir 40 ans et encore toutes mes dents, je suis papa d’un merveilleux garçon de 11 ans prénommé Sasha. Parisien de naissance et épicurien, j’adore ma ville, ses charmes, son histoire et ses cultures mais pas son club de foot Qatari. 

 

 

Quel est ton parcours et pourquoi avoir choisi Cellenza ?  

 

Après une première carrière dans le journalisme sportif, j’ai dû faire un choix de vie à mon retour d’Afrique du Sud en 2010 et le fameux fiasco de Knysna. Je me suis reconverti dans le commerce pour commencer, pour arriver un peu par hasard dans le recrutement, domaine dans lequel je suis depuis 6 ans. D’abord en tant que consultant pendant 5 ans au sein de différents cabinets, et maintenant depuis 1 an en entreprise. 

Cellenza est arrivé après une expérience que j’avais choisi à l’affect, ou j’ai été très déçu. J’ai donc été très méfiant sur le discours tenu, puis j’ai été conquis et séduit par l’aventure humaine intellectuelle proposée par Nikolina et Arnaud, sans oublier le challenge proposé ! 

 

 

Quelle est ta journée type et tes projets actuels ?

 

Arrivé début Novembre, je manque encore de recul, mais mes journées s’articulent principalement autour des problématiques liées au recrutement, avec la diffusion d’offres, le sourcing candidat, la préqualification, les entretiens, le compte rendu, les relances et enfin les propositions. En parallèle, j’ai été désigné sur un projet hyper stimulant, à savoir la refonte du site Cellenza Life qui me ramène à mes premiers amours professionnels, notamment au niveau du contenu, mais également amener mon expérience, mon savoir-faire et mes « tricks » sur la promotion de la marque employeur.

 

 

Si tu pouvais intervertir ton poste de travail avec un autre, lequel choisirais-tu ? 

 

Il y a encore quelques années, j’aurais certainement dit tout ce qui touche au commerce, mais maintenant, malgré ma connaissance encore relativement jeune de Cellenza, je dirais le poste d’Edouard Lelong car je suis passionné par l’univers de la formation pour avoir été formateur au cours de ma carrière.

 

 

Et si tu devais choisir 3 vœux pour les 5 prochaines années ?

 

Mon 1er serait de réduire les inégalités dans le monde entier, et notamment la répartition des ressources et autres richesses, mais aussi la place de la femme dans notre société. Mon 2ème, plus de guerre ou d’attentat, sans oublier une prise de conscience mondiale sur la préservation de notre belle planète. Enfin mon 3ème, un peu plus personnel et égoïste, la réussite scolaire et humaine de mon fils.

 

 

Qu’est-ce que tu préfères dans ton travail ?  

 

Le contact humain ! J’aime ce métier car je m’enrichis en permanence grâce aux autres, j’en apprends tous les jours, j’aime écouter, accompagner et coacher les gens dans leurs projets professionnels.

 

 

A l’inverse qu’est-ce que tu aimes le moins ? 

 

Le manque de franchise de certains candidats qui sont prêt à tout.

 

 

Ta citation de film préférée ? 

 

« La vanité est mon péché préféré » d’Al Pacino dans l’associé du diable.

 

 

Quelle est ta philosophie ? 

 

« Je ne perds jamais, soit je gagne, soit j’apprends » le regretté Nelson Mandela.